2 réflexions au sujet de « Labaz Snapshots »

  1. On est frappé aussi par le contraste entre la précision « hyperréaliste » de certains détails (chaussures, laçage) et les surfaces simplifiées (la jupe en vinyle par exemple), qui ne cherchent pas à ressembler à leur modèle réel.
    Etonnant aussi le regard et la bouche rouge qui percent sous la cagoule, dans une impossible transparence.

  2. Ces images tirent leur force de la bizarrerie de la chair, explicitement offerte au fantasme comme une surface mouvante et approximative de pixels. On voit le montage mathématique derrière la représentation ; un peu comme dans Fantasmes, quand le réalisateur décadre le film à l’aide d’éléments de commentaires extérieurs (caméra coupée qui continue à tourner, interview des acteurs…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *