Fantasme et soumission au discours dominant

Sur Séduction : une femme cruelle, et Fantasmes

Lien wikipedia pour Fantasmes (ils se mélangent les pinceaux entre J et Y)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fantasmes_(film,_1999)

Je ne sais pas ce que vous avez pensé de « Fantasmes » moi j’ai pas trop aimé. Je l’avais déjà vu il y a pas mal de temps et j’en étais restée au souvenir d’un film assez romantique. Mais cette fois j’ai été assez gênée par la relation très hétéronormée entre les deux personnages :

– quand il la tape, c’est sa sœur qui la soigne

– quand elle le tape, elle joue les infirmières juste après

un détail, mais ça m’a choquée.

Et puis aussi le fait qu’elle n’aime pas tellement ça en fin de compte, et le fait « par amour ». Lui est dans le fantasme et elle dans l’amour, c’est pas encore un peu cliché ça ? Lui est dans sa bulle de mec avec ses fantasmes, et elle est dans une relation à deux.

C’est vraiment une question que je me pose : en quoi le fantasme est-il libérateur ? (l’exergue au début du film le suggère). En quoi la réalisation de ses fantasmes permet de se libérer ?

J’ai plutôt le sentiment inverse. Le fantasme est enfermant et ne permet plus la relation avec d’autres. C’est différent pour Y qui n’a pas de fantasme et qui découvre le plaisir de la soumission comme une offrande faite à celui qu’elle aime. Sur la forme du film par contre j’ai bien aimé son esthétique entre reportage et fiction, entre « real life » et « second life ». Les petites interviews venant remettre de la distance et nous replaçant comme spectateurs d’une fiction.

Le film de Monika Treut est vraiment branché années 80 d’un point de vue esthétique. Fassbinder, les pubs de JP goude, les clips d’Axel Bauer. Toute une esthétique datée « eighties ». C’est très théâtral. Les scènes SM n’existent quasiment que par le dialogue. L’unité de lieu (port de Hambourg relevé par Anne), le jeu des personnages qui semblent porter des masques, qui ne sourient jamais et restent peu expressifs.

C’était bien de voir ces deux objets artistiques à la suite. Ils sont très différents. Une réalisatrice féministe, un réalisateur pas féministe ; un film qui donne presque un « catalogue général SM » en présentant un panel de relations D/s, un autre qui raconte une histoire singulière ; d’un côté (du Rhin) une fiction théâtrale distanciée, de l’autre un reportage « vue réelle » sur un fait divers. On est invité à construire les relations des personnages à partir du texte et des dialogues, dans le premier cas ; et à partir de scènes charnelles (avec de surcroît une bande-son de film porno) dans le second cas.