Dans le port de Hambourg

La contre performance des demoiselles de Rochefort, dans le film éponyme de Jacques Demy, consiste en un lugubre éloge du port de Hambourg : la triste chanson évoque les marins, la pauvre amour tarifé, les putes effondrées – autant de clichés que les deux forains balayent d’un revers de main, tandis que se rétablit la joyeuse normalité du jeune quattuor hétérosexuel. On est jeunes, beaux, chacune a son chacun, les filles aiment la ritournelle, les calembours et les bons mots.

Et le port de Hambourg, frère ou fantôme du port d’Amsterdam de Jacques Brel, continue de nous hanter.

Le port et les marins hantent les années 80 à partir du film Querelle de Brest réalisé par Fassbinder. C’est à Fassbinder, et à nul autre, qu’on doit cette esthétique qui connaîtra ensuite tant de succès dans l’art comme dans la pub. Elle résulte d’un mélange entre un thème (la mer, le port, les marins), une manière d’éclairer, un style de décor et une mise en scène spécifique de la masculinité homosexuelle. Pierre et Gilles ont fait de cette esthétique leur marque de fabrique. Merci Fassbinder !  Jean-Paul Gautier leur emboîte le pas. Avant cela, un clip d’Axel Bauer, comme le précise Alice (« compte rendu de la première séance »), reprend le style esthétique mis en place par Fassbinder.

Séduction : une femme cruelle se passe à Hambourg. On reconnaît le port dès les premières images. Le charme du film de Monika Treut doit beaucoup à ce cadre. La scène-tableau où Justine-Juliette se tient devant une grande fenêtre, derrière laquelle passe, majestueux et immense, un énorme vaisseau presque fantôme aux tons blanchâtres, noyé dans la brume, est absolument saisissante. On peut rêver à l’évasion impossible de Justine, retenue malgré elle dans le cercle magique : on ne part pas.

Monika Treut rompt avec le style, devenu cliché à cause de ses emprunts successifs, de la mise en scène du port avec des marins homosexuels ; en déplaçant le cliché du port du côté des filles, elle le renouvelle entièrement, tout en faisant référence à l’esthétique de Fassbinder dont elle reconnaît elle-même l’importance. La première relation sexuelle entre Wanda et Justine, remémorée par Wanda au début du film, a lieu sur un quai du port ; durant tout le film, le port est omniprésent (étonnante scène des déchargeurs, où Justine, allongée dans un flaque d’eau sale, est clouée au sol par des piquets et des cordes). Et c’est lors d’une promenade dans le port que Wanda lâche la clé de sa cruauté : l’amour est une activité intense et fatigante. Ovide aurait dit : « l’amour est un service militaire ».

On peut juger très « années 80 » l’esthétique du film, sa beauté parfois gratuite, un peu publicitaire. Il n’y a pas de mal à ça :  les années 80 furent l’âge d’or de la publicité, qui fut sans doute le plus grand mouvement artistique de la décennie !