Fantasme et soumission au discours dominant

Sur Séduction : une femme cruelle, et Fantasmes

Lien wikipedia pour Fantasmes (ils se mélangent les pinceaux entre J et Y)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fantasmes_(film,_1999)

Je ne sais pas ce que vous avez pensé de « Fantasmes » moi j’ai pas trop aimé. Je l’avais déjà vu il y a pas mal de temps et j’en étais restée au souvenir d’un film assez romantique. Mais cette fois j’ai été assez gênée par la relation très hétéronormée entre les deux personnages :

– quand il la tape, c’est sa sœur qui la soigne

– quand elle le tape, elle joue les infirmières juste après

un détail, mais ça m’a choquée.

Et puis aussi le fait qu’elle n’aime pas tellement ça en fin de compte, et le fait « par amour ». Lui est dans le fantasme et elle dans l’amour, c’est pas encore un peu cliché ça ? Lui est dans sa bulle de mec avec ses fantasmes, et elle est dans une relation à deux.

C’est vraiment une question que je me pose : en quoi le fantasme est-il libérateur ? (l’exergue au début du film le suggère). En quoi la réalisation de ses fantasmes permet de se libérer ?

J’ai plutôt le sentiment inverse. Le fantasme est enfermant et ne permet plus la relation avec d’autres. C’est différent pour Y qui n’a pas de fantasme et qui découvre le plaisir de la soumission comme une offrande faite à celui qu’elle aime. Sur la forme du film par contre j’ai bien aimé son esthétique entre reportage et fiction, entre « real life » et « second life ». Les petites interviews venant remettre de la distance et nous replaçant comme spectateurs d’une fiction.

Le film de Monika Treut est vraiment branché années 80 d’un point de vue esthétique. Fassbinder, les pubs de JP goude, les clips d’Axel Bauer. Toute une esthétique datée « eighties ». C’est très théâtral. Les scènes SM n’existent quasiment que par le dialogue. L’unité de lieu (port de Hambourg relevé par Anne), le jeu des personnages qui semblent porter des masques, qui ne sourient jamais et restent peu expressifs.

C’était bien de voir ces deux objets artistiques à la suite. Ils sont très différents. Une réalisatrice féministe, un réalisateur pas féministe ; un film qui donne presque un « catalogue général SM » en présentant un panel de relations D/s, un autre qui raconte une histoire singulière ; d’un côté (du Rhin) une fiction théâtrale distanciée, de l’autre un reportage « vue réelle » sur un fait divers. On est invité à construire les relations des personnages à partir du texte et des dialogues, dans le premier cas ; et à partir de scènes charnelles (avec de surcroît une bande-son de film porno) dans le second cas.


3 thoughts on “Fantasme et soumission au discours dominant”

  1. C’est exactement les problématiques que j’avais commencé à définir. Avant de creuser le sujet, je voyais le « SM » (sans forcément mettre cette étiquette dessus) comme un truc totalement subversif et révolutionnaire, je me rends compte depuis que je m’intéresse de plus près à la question que
    les réseaux SM véhiculent en fait exactement la même chose que le reste de la société, et que ce n’est pas un lieu plus
    subversif que les lieux de rapports sexuels normés. La question c’est peut-être aussi de savoir si le SM laisse une chance supplémentaire
    à la subversion par rapport aux relations « normales », est-ce que le SM peut apporter quelque chose en plus dans la proliférations des identités
    sexuelles, dans les pratiques sexuelles, dans la définition de l’amour ? Je pense qu’il faut creuser notamment sur le fait que le
    SM attire, outre des machos traditionnels en quête d’exotisme ou d’affirmation, des féministes, des gays, des lesbiennes etc. qui s’approprient
    ces pratiques. Et oui c’est vrai les deux films vus mardis montraient alternativement ces deux options.

    Sur le fantasme aussi, des tas de choses à dire mais là il faut que j’ordonne parce que j’ai peur de psychologiser à fond et de dire de la merde. En gros,
    je pense que le fantasme est quand même un truc positif, pour ne pas dire vital, parce que la vie n’étant une partie de plaisir pour personne (en tout cas
    pas tous les jours), la vie étant par essence traumatisante, je pense que les fantasmes permettent de transcender la douleur et de survivre. En ça, les jeux
    sexuels, pratiques SM en particulier, parce qu’elles mettent en jeu des blessures humaines essentielles, fonctionnent à mon sens de la même manière que la
    création artistique, avec les mêmes causes et les mêmes buts. Je pense que quelqu’un qui écrit des livres se rend coupable de la même perversion que quelqu’un
    qui va se faire fouetter dans une cave obscure.

    J’ajoute juste quelques trucs en vrac tant que j’y suis :
    – J’ai entendu des gens me dire qu’il y a quelque chose de vraiment pathétique là-dedans, de risible, de ridicule : mais en quoi ces performances et ces cérémonies
    sont plus ridicules que, par exemple, la cérémonie/perf du mariage, dont on a encore eu droit en grand étalage avec William et Kate ? En quoi ces jeux sont plus
    pitoyables qu’une meringue, des bagues et l’exaltation d’un idéalisme aussi transcendant que celui véhiculé par le mariage, avec la robe blanche qui représente exactement l’inverse des combis en cuir et de l’attirail SM, c’est à dire une négation totale du corps et de la brutalité des désirs ? On a là deux fantasmes parallèles, mais l’un n’est
    pas plus fantasmatique que l’autre. Je pense que ces théâtres sont nécessaires. Et chacun est pathétique à sa manière.

  2. Oui Alice d’accord avec toi, évidemment, relation absolument hétéronormée entre Y et J. Moi, j’y ai aussi vu un cliché asiatique typique
    qu’on retrouve dans les mangas, notamment les mangas pornos, avec le mec plus âgé qui fantasme sur les écolières, toujours très soumises
    et très expressives, pleines d’émotions et de ravissement, des larmes plein les yeux quand on les baise … Le paroxysme est d’ailleurs atteint
    à la fin quand elle le fritte avec sa branche de houx en costume d’écolière. Mais peu importe que ce soit hétéronormé, c’est un aspect de
    la question, ce sont des fantasmes qui existent aussi, et qui sont même dominants, donc selon moi intéressants à étudier aussi. Perso, je ne pense
    pas que le SM soit le lieu du paradis retrouvé, de l’utopie réalisée, loin de là, et j’ai envie de l’étudier dans ses aspects positifs comme dans ses
    aspects les plus « sordides ».

    1. La question que je me pose : en quoi le SM peut-il être un objet d’étude ? N’est ce pas qu’un lieu de plus où se manifeste la patriarchie ? Sans forcément réaliser une utopie, la réalisation des fantasmes peut elle être un acte subversif ? N’est-ce pas justement au moment ou l’on sort du fantasme et que l’on commence à jouer avec les relations de domination et de soumission que l’on sort de l’aliénation ?
      Tant que l’on reste dans la fascination fétichiste (quel qu’en soit l’objet) on ne se donne pas les moyens de la critique.

      Etudier les formes de la représentation est sans doute intéressant, quel qu’en soit leur forme, sordide, positive, … J’aimerai si on y parvient à voir aussi quel discours ces formes véhiculent. En quoi « Fantasme » est positif ? en quoi il est rétrograde ? Comme tu dis il fait partie du discours dominant. Comment ce discours dominant vient aussi se nicher dans des objets qui a première vue auraient pu paraître des hymnes à la liberté de penser.

      La ligne de partage n’est sans doute pas dans le SM, car on trouve en son sein deux approches : à partir des « jeux de pouvoir », soit une remise en cause le pouvoir (discours) soit l’alimentation de la grande machine à produire du discours dominant.
      On a eu sans doute les deux versions à travers les deux films de mardi soir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *